Clin d'oeil à l'élastique du slip, en réalité une personne sur deux ne sait qu'il est porteur de l'infection.

Chlamydia, bactérie de l’amour

Chlamydia pourrait être un très joli prénom. Mais ce n’est pas un prénom. Juste le nom d’une bactérie responsable de la plus commune des maladies sexuellement transmissibles (MST). Elle a sa place chez le chiropracteur car elle s’insinue dans un certain nombre de conditions articulaires inflammatoires, parmi les conditions sous-jacentes (celles qui ne sont pas corrigées immédiatement par un ajustement mécanique).

Chlamydia, la MST la plus répandue

Clin d'oeil à l'élastique du slip, en réalité une personne sur deux ne sait qu'il est porteur de l'infection.
Clin d’oeil à l’élastique du slip, en réalité une personne sur deux ne sait qu’il est porteur de l’infection.

L’infection à Chlamydia trachomatis est la plus répandue des MST dans le monde. La France n’est pas épargnée ! Elle se manifeste le plus souvent au début par une inflammation de l’urètre chez l’homme et du col chez la femme. Non traitée, elle peut entraîner épididymite et prostatite chez l’homme. Bien que la plupart des femmes soient asymptomatiques, parfois avec peu de symptômes, quelques unes développent salpingites, endométrioses, inflammations du bassin, grossesses extra utérines (GEU), infertilités tubaires… Cette pathologie est associée à une augmentation du risque de transmission du SIDA et du carcinome du col. Un diagnostic précoce est recommandé afin de prévenir l’extension de la maladie et d’éventuelles séquelles.

Diagnostic de l’infection à Chlamydia

De façon conventionnelle, c’est l’amplification génique des acides nucléiques par techniques type PCR (polymerase chain reaction) ou LCR (ligase chain reaction) qui est le mode de diagnostic qui a actuellement supplanté toutes les autres techniques. Sa sensibilité est supérieure à celle des autres, voisine de 95 %, avec une spécificité de l’ordre de 99 % dans certaines conditions. C’est donc le mode de diagnostic de choix aujourd’hui. Il se pratique sur un jet d’urine, ce qui est beaucoup plus simple qu’un prélèvement endocervical ou vaginal, ce qui se faisait couramment il y a peu. Il faut cependant mettre un bémol sur le succès du diagnostic en cas d’infections chroniques pour lesquelles il semble que beaucoup passent par mailles. Une autre raison pour laquelle des analyses présentent de faux résultats négatifs (faisant croire ainsi que le/la patient/e n’est pas atteint par le microbe), c’est la découverte par des labos suédois (2006) d’un nouveau variant de Chlamydia trachomatis, lequel n’est pas parfaitement identifié…

De façon non conventionnelle, le test musculaire manuel (MMT) débusque tous les jours au cabinet cette bactérie inopportune. Parties génitales, épaules, foie, genoux, vertèbres, les aires inflammées à cause de Chlamydia ne manquent pas. Elles sont souvent responsables de douleurs résiduelles… Une fois diagnostiquées il s’agit de trouver un traitement afin de sortir de la chronicité.

Traitement contre Chlamydia

De façon conventionnelle, le traitement dépend de la localisation de l’infection, de l’âge du/de la patient/e, et de l’importance ou non des complications. De même une femme enceinte aura un traitement spécial.

Sans complication, la base du traitement repose sur des antibiotiques tels que l’azithromycine, la doxycycline. L’érythromycine ou l’ofloxacine peuvent parfois être ajoutées. Généralement un traitement de sept jours est préconisé, lequel doit être pris par les deux partenaires sexuels.

Les cas plus compliqués avec chronicité reçoivent un traitement à base d’ofloxacine, levofloxacine, avec ou sans metronidazole. Parfois le ceftriaxone ou la céfoxitine sont employées, pendant deux semaines.

Durant la grossesse, levofloxacine, ofloxacine et doxycycline sont contre-indiquées. L’azithromycine et l’amoxycilline  peuvent être employées. Non traitée, Chlamydia peut contaminer le nouveau-né qui développe une ophtalmie néonatale…

La simplicité de ces traitements est cependant largement contre-carrée par la résistance de Chlamydia aux antibiotiques. Une des raisons évoquées par les scientifiques à cette résistance   consiste dans le mode de vie de Chlamydia : mademoiselle vit à l’intérieur de certaines cellules (intracellulaire obligatoire, selon le terme approprié). Elle est donc en quelque sorte un peu à l’abri, n’étant pas au contact direct du sang. D’autres raisons sont avancées, sans certitude. Souvent, le traitement est prolongé pour contourner cet écueil de résistance.

De façon non conventionnelle, l’aulne (macérat-mère) est souvent employé, qui semble bien répondre à l’inflammation provoquée et répondre aux tests MMT. Je n’ai pas encore assez de recul pour être sûr qu’il ne faudra pas y rajouter une autre plante anti-infectieuse pour éradiquer cette pathologie. Inconvénient : la durée du traitement qui est de quelques mois (3 à 12 selon l’ancienneté des symptômes, et bien sûr, selon les patients !). Certains confrères américains emploient également le neem, le noni, le coptis shinensis, le chrysanthemum morifolium, le brou de noix noire, le shisandra…

Conclusion

MST très fréquente, Chlamydia peut être évoquée pour des douleurs de bassin, des dysfonctionnements ovariens,  certaines infertilités, et nombre de douleurs de fond : le bas du dos, les grosses articulations (genoux, épaules, et plus,… ?)

Références :

  1. Meenakshi Malhotra,* Seema Sood, Anjan Mukherjee, Sumathi Muralidhar,* and Manju Bala*. Genital Chlamydia trachomatis: An update.Indian J Med Res. 2013 Sep; 138(3): 303–316.
  2. Paavonen J, Eggert-Kruse W. Chlamydia trachomatis: impact on human reproduction. Hum Reprod Update. 1999;5:433–47. [PubMed]
  3. Soper DE. Pelvic inflammatory disease. Obstet Gynecol. 2010;116:419–28. [PubMed]
  4. Patel LA, Sachdev D, Nagpal P, Chaudary U, Sonkar AS, Mendiratta LS, et al. Prevalence of Chlamydial infection among women visiting a gynaecology outpatient department: evaluation of an in-house PCR assay for detection of Chlamydia trachomatis. Ann Clin Microbiol Antimicrob. 2010;9:24–33. [PMC free article] [PubMed]
  5. Miller EK. Diagnosis and treatment of Chlamydia trachomatis infection. Am Fam Physician. 2006;73:1411–6. [PubMed]
  6. Stamm WE. Chlamydia trachomatis: progress and problems. J Infect Dis. 1999;179:S380–3. [PubMed]

Une réflexion sur “ Chlamydia, bactérie de l’amour ”

  1. Je suis Sabrina de Dallas, Texas, aux États-Unis. J’ai vu cet article et ce serait dommage que je ne partage pas mon expérience avec d’autres personnes. J’étais séropositif, et j’aimerais dire à tout le monde comment mon statut a changé en négatif. Le VIH a été en cours dans ma famille. J’ai perdu les deux parents pour le VIH il y a quelques années et c’était tellement douloureux, je ne pouvais pas le surmonter. Comme nous le savons tous sur le plan médical, il n’y a pas de solution au VIH, et le médicament antirétroviral est très coûteux. Heureusement, un ami très proche qui savait ce que je traversais, m’a parlé d’un docteur à base d’herbes africaines Dr Apama. Elle a dit qu’elle avait lu en ligne qu’il pouvait guérir beaucoup de maladies, y compris le VIH. Elle m’a donné son email: Drapamaherbalhealingcentre@gmail.com. J’avais dépensé des milliers de dollars sur tant de drogues, alors j’ai décidé de l’essayer. Je lui ai parlé et il m’a assuré que son médicament me guérirait. J’ai passé une commande pour son médicament et elle m’a été remise ici à Dallas. J’étais sur son dosage pendant 4 semaines, bien que je n’y croyais pas, j’étais en train de l’essayer par frustration et après la 4ème semaine, je suis allé chercher de nouveaux tests. Vous ne croyez pas que 5 médecins différents ont confirmé que je suis négatif. C’était comme un rêve, je n’ai jamais cru que le VIH avait un remède. Je suis négatif, je suis témoin vivant. Je ne sais pas comment remercier le Dr Apama. Je veux simplement aider les autres de toutes les façons possibles. J’ai rejoint de nombreux forums et j’ai posté ces témoignages et beaucoup de gens ont profité de mon aide. J’ai reçu des courriels, l’un d’un homme qui m’a dit qu’il avait également été guéri d’herpès, un autre diabète. D’après ce que je sais, il pourrait même guérir le VPH, les infections à Virgina, le cancer, l’hépatite B, la syphilis, et encore plus. Contactez-le maintenant, c’est son email: DRAPAMAHERBALHEALINGCENTRE@GMAIL.COM et c’est son numéro Whatsapp: +2349072570496
    Si vous avez également été réussi par lui ou que vous voulez me parler, vous pouvez m’envoyer un mail à sabrinawashington1234@gmail.com ou à ma poignée twitter Sabrina42505

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *