chiropracteur-MMT-la sauvetat du dropt -prigonrieux-hirsutisme

Infertilité

Infertilité et syndrome des ovaires polykystiques

chiropracteur-MMT-la sauvetat du dropt -prigonrieux-hirsutisme
L’hirsutisme est l’un des traits de syndrome des ovaires polykystiques. Notons, qu’Il n’est pas nécessaire d’arriver à l’excès présenté sur cette image pour « souffrir » d’hirsutisme…

Selon le site infertilité.info.fr, 15% des couples connaissent des problèmes d’infertilité en France.

Si les causes sont différentes pour chaque couple, il en est une qui mérite d’être évoquée : le syndrome des ovaires polykystiques. Selon mon confrère américain Dr Houston Anderson, il s’agit de la première cause d’infertilité féminine aux Etats-Unis. Notre société n’étant pas si éloignée de celle d’outre-Atlantique, il est de grandes chances qu’elle mérite d’être explorée aussi chez nous. Ce syndrome affecterait près de 11% des femmes entre 15 et 44 ans et serait largement sous-diagnostiqué. 30 à 60% des femmes victimes de fausse couche en seraient atteintes. Si vous êtes décidées, mesdames, à concevoir un enfant, il peut être déterminant de reconnaître cette condition.

Le syndrome des ovaires polykystiques (PCOS)

Le PCOS est un syndrome ou plutôt une collection de symptômes plutôt qu’une réelle maladie. De façon non exhaustive, en voici quelques uns :

  1. difficulté à perdre du poids
  2. rétention « d’eau »
  3. gonflements
  4. anxiété
  5. dépression
  6. acné
  7. pilosité faciale
  8. irrégularité dans la longueur des cycles

Comme le PCOS n’est pas une pathologie spécifique, il vous suffit de 2 ou 3 items pointés plus haut pour en soupçonner l’existence.

Les cycles peuvent être rares, ils peuvent être absents ou trop fréquents.

Des signes d’excès d’androgènes peuvent se manifester par un hirsutisme, comme la chute des cheveux sur le sommet du crâne ou encore le développement d’une pilosité faciale, dorsale ou sur la poitrine, à l’image des hommes. Les signes biochimiques se trouvent également souvent en cherchant le taux salivaire d’hormones androgènes (testostérone, DHEA,…).

Des kystes sur les ovaires peuvent être découverts à l’occasion d’une échographie après avoir ressenti des douleurs au niveau du petit bassin, ou bien en cherchant les causes de l’infertilité. Cette découverte n’est pas obligatoire pour le diagnostic d’un PCOS. En réalité moins de 50% des femmes avec un PCOS présentent des kystes aux ovaires. Il est probable que les deux signes principaux de PCOS sont l’hirsutisme et une irrégularité du cycle menstruel.

Les conséquences des « ovaires polykystiques »

Avec un PCOS, une dysfonction hormonale entraîne une incapacité à la pleine maturation des oeufs dans les ovaires. Les follicules dans les ovaires arrivent à commencer le travail de maturation de l’oeuf, mais sont incapables de terminer cette tâche, ne pouvant « lâcher » un oeuf. A la place, de petits kystes se forment, remplis de fluide. Ainsi commence un cercle vicieux. En principe un follicule devrait se remplir de fluide, développer puis expulser un oeuf. Cette expulsion devrait stimuler la production de progestérone et créer un cycle normal. Or avec le PCOS, cette expulsion n’ayant pas lieu, la progestérone n’est pas stimulée et les cycles se perturbent, éventuellement s’arrêtent.

Les kystes sont également connus pour provoquer un excès d’androgènes (hormones mâles) et ceci perturbe les cycles encore davantage, avec parfois, une augmentation de la LH (Lutéine Hormone) à cause d’un excès d’œstrogènes, et aucun oeuf n’est relâché.

Dans d’autres cas, le déséquilibre hormonal provoque un retard d’ovulation, l’oeuf étant de piètre qualité. Il en résulte un risque élevé de fausse couche ou de non-conception. Bien sûr, le bas niveau de progestérone est régulièrement en cause car cette hormone est indispensable au maintien de la grossesse.

Cause des ovaires polykystiques ?

Comme de nombreuses autres conditions, celle-ci comporte plusieurs voies à explorer.

Le coupable principal est l’insuline. Tous les facteurs qui entraînent une montée de l’insuline vont favoriser le PCOS. En premier chef, bien sûr le sucre. Viennent ensuite tous les édulcorants (naturels ou synthétiques sans exception) et également tous les hydrates de carbone (féculents). La marche à suivre à la maison pour sortir de cette condition est donc relativement simple (sur le papier bien sûr !), les contournements de cette démarche ne feront que retarder le but à atteindre.

En dehors de l’alimentation, d’autres causes de montée d’insuline

  1. Un excès de sécrétion de cortisol (l’hormone sécrétée par les surrénales en cas de stress)
  2. Un excès de noradrénaline (autre hormone de stress)
    Les produits laitiers
  3. Les mauvais gras (graisses hydrogénées genre margarine, les huiles raffinées, certaines graisses animales)
  4. Certains allergènes, parmi lesquels on trouve parfois le gluten, les solanines,… Ces allergènes provoquent une sécrétion d’histamine, laquelle est un puissant stimulateur des surrénales qui alors n’oublient pas d’augmenter leurs sécrétions de cortisol…
  5. Les infections cachées (ou froides), lesquelles ne manquent pas d’envoyer des toxines auxquelles les surrénales répondent là encore par une montée de cortisol

Pour améliorer cette condition, les conseils nutritionnels donnés dans « l’hyperinsulinisme » (à lire dans cervicalgies communes) restent intéressants. On pourra y ajouter de bons gras (EPA, DHA) des vitamines B…

 

 

Une réflexion sur “ Infertilité ”

  1. Salut, on connait tous quelqu’un qui a connu du succès en décidant de suivre une diète. Un régime sain et plein de bonnes choses est essentiel lorsque l’on souhaite perdre du poids. Outre une alimentation équilibrée et une activité physique régulière, certaines astuces peuvent vous aider à accélérer le processus de perte de poids. Pendant votre diète, vos sources d’énergie provenant des protéines et des acides gras essentiels aideront votre métabolisme à continuer de fonctionner et à brûler ces glucides excédentaires ( ou gras accumulé ) à des fins de combustible. Quand vous pensez à perdre du poids, il est impératif que le poids que vous allez perdre provienne spécifiquement du gras corporel plutôt que de la masse maigre. Comme mentionné ici http://www.commentperdredukilos.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *